Pocé : hauteur et méandre de rivière

Consultez un historien de terrain :

Voici un extrait de la grande étude de la commune de Pocé-sur-Cisse.

Les premières interprétations

Château de Pocé-sur-Cisse

Le site du château de Pocé

Les premières interprétations de l’origine du nom Pocé ont été faites par Albert DAUZAT et Charles ROSTAING dans leur Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France (Paris, 1963, réimp. Paris, 1978). Pour ses auteurs, Pocé proviendrait d’un nom d’homme latin Poccius, complété avec le suffixe –é, –acum latin.

Cette interprétation a été rééditée par Ernest NEGRE, dans son ouvrage Toponymie Générale de la France (3 volumes, Genève, 1990-1991 ; article 8322, p. 520, tome I), indiquant comme origine Puceio, un nom d’homme romain Poccius, avec le suffixe –acum.

Cette interprétation est tirée notamment de Marie-Thérèze MORLET : Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle (Paris, 1968, 1972, 1985).

Cette thèse provient elle-même des dictionnaires italiens et allemands des noms propres de personnes latines, publiés au début du XXe siècle, et repris en France par Joseph PERRIN, dans Onomasticon totius latinitatis (1940).

Cette thèze fut encore reprise par Jean-Marie CASSAGNE et Jean-Marc PESSON, dans Origine des noms de villes et villages, Indre-et-Loire (Saint-Jean-d’Angély, Ed. Bordessoules, 2001). Nous les citons ici : « Pocé constitue l’héritière de l’ancienne Pocciacum, ou villa Poccii. Le village s’est donc développé à partir du domaine de Poccius, un riche propriétaire terrien de l’époque gallo-romaine. » Ils ajoutent que Pocé-sur-Cisse est en fait Pocé-sur-Cissé (sic), le terme Cissé étant aussi « une ancienne villa gallo-romaine » appartenant au Gaulois Ciccius et s’appelait Cicciacum.

Stéphane Gendron, dans son ouvrage L’origine des noms de lieux de l’Indre-et-Loire. Communes et anciennes paroisses (Chemillé-sur-Indrois, éd. Hugue de Chivré, 2012, page 176) reprend cette thèse : « De Pocciacum, domaine de Poccius, nom d’homme latin attesté. C’est l’homonyme de Pocé, commune de l’Ille-et-Villaine (de Pocé, 1330), de Pocé à Distré (Maine-et-Loire, villa Pociacensis VIe s.) et de Possé, hameau à Assé-le-Riboul (Sarthe, Poceio, 1063). »

Stéphane Gendron indique également dans son ouvrage les mentions écrites anciennes de Pocé, tirées de Carré de Busserole : « Pociacus 775 (diplôme de Charlemagne) – Poceium de Spinetis S. Mariae 1157 (charte de Josce, archevêque de Tours) – Poceium 1210, 1240 (Charte de St-Julien de Tours, Charte de l’abbaye de Fontaines-les-Blanches) – Poucié (Cartulaire de l’Archevêque de Tours, n° 212) – Pocé-sur-Cisse par décret du 13 août 1920. Remarques : l’identification de Pociacus (775) avec Pocé-sur-Cisse a été proposée par G. Tessier (Actes de Charles le Chauve, t. III, p. 368, n° 2). P. Gasnault a proposé également Poizay-le-Joli (Vienne) (Doc Saint-Martin de Tours, p. 198). Phonétiquement, Pociacus, Poizay pose problème. De plus, les premières mentions de Poizay n’autorisent pas une telle filiation (parrochia quae dicitur Paizaicus vers 1061, Paiziacus vers 1065). »

L’abbé Arsène Garnier, dans son livre A l’école du passé, contribution à l’histoire de Pocé-sur-Cisse (Indre-et-Loire) propose le latin poculum, la coupe, ou pocillum, le petite coup (tasse), ou le latin paucus, peu, petit, le petit fief ou le petit domaine.

En fait, il faut savoir que Poceium et les autres formes écrites anciennes, sont des formes latinisées au Moyen Age, des traductions. Les clercs prenaient le nom de lieu et y mettait un suffixe latin, le plus souvent –iacum, iacus, ou –ium, donnant –io à l’ablatif de lieu. Ces clercs essayaient même parfois de traduire le toponyme en latin. Dans la réalité, on disait phonétiquement Pocé dès l’Antiquité romaine et au Moyen Age, et non Poceium.

Nous pensons donc qu’il faut aller beaucoup plus loin…

L’étude comparative de terrain

Si nous entamons une étude comparative, nous devons prendre en compte les autres toponymes Pocé, semblables ou proches, de celui qui nous intéressent. Ainsi, nous trouvons (voir l’atlas des toponymes) :

– Pocé-les-Bois, commune d’Ille-et-Villaine, qui se situe à 66 mètres d’altitude, au pied d’un coteau culminant à 100 mètres d’altitude, à l’extérieur d’un méandre de la rivière de la Vilaine qui vient ici presque toucher le coteau.

Configuration de Pocé-les-Bois

Configuration de Pocé-les-Bois

– Pocé, sur la commune de Distré (Maine-et-Loire), qui se situe au pied d’une colline culminant à 63 mètres d’altitude, dans une vallée sèche à 40 mètres d’altitude. La vallée sèche forme une courbe qui rejoint le Douet, petit affluent du Thouet. De l’autre côté de la colline se trouve le toponyme de la Fontaine de Pocé qui associe un petit cours d’eau et un coteau important.

Pocé à Distré (Maine-et-Loire)

Pocé à Distré (Maine-et-Loire)

– Pocé, sur la commune de Vivy (Maine-et-Loire), dans le val de Loire, qui se trouve sur des alluvions anciennes à 29 mètres d’altitude, non loin de la confluence du ruisseau de l’Automne avec la rivière l’Authion à 22 mètres d’altitude.

– Possé, sur la commune d’Assé-le-Riboul (Sarthe), qui se trouve 125 mètres d’altitude sur la pente d’une colline culminant à 134 mètres d’altitude. Il n’y a pas là de cours d’eau.

– Posset, sur la commune de Teloché (Sarthe), qui identifie un château situé dans la partie intérieur d’un méandre d’un ruisseau affluent du Pontvillain, dont le val forme une courbe bien marquée.

Après cette étude comparative, nous pouvons émettre l’hypothèse que Pocé soit l’association d’une hauteur, Po-, et d’une courbe ou d’un lit de rivière –. Le terme Po appartiendrait alors à la famille de Peu et n’en serait qu’une légère déformation phonétique. Il proviendrait donc du latin podium, la hauteur. La syllabe –cé se rapporte à une courbure, un lit de rivière, un méandre. C’est parfaitement le cas à Pocé-sur-Cisse ou à Pocé-les-Bois. Le cas de Pocé sur la commune de Distré semble également correspondre à cette définition, comme Posset sur la commune de Teloché.

La signification de Pocé

La signification de Pocé

Le cas de Pocé sur la commune de Vivy est moins évident, comme également celui de Possé sur la commune d’Assé-le-Riboul.

Notons aussi que les Pocé se situent dans la zone des toponymes Peu.

Toponymes Peu en Région Centre

Toponymes Peu en Région Centre

Toponymes Pocé en France

Toponymes Pocé en France

La conclusion

Pour conclure, nous dirons que Pocé est un toponyme d’origine gallo-romaine, agglomérat de Po, le Peu, et Cé, le lit méandreux de la rivière de la Remberge là où il touche presque le coteau.

Géologie de Pocé-sur-Cisse

Géologie de Pocé-sur-Cisse

Géomorphologie de Pocé

Géomorphologie de Pocé

Dans ce cas, il est un synonyme de Moncé, tout proche, qui est l’association d’un Mont et de Cé, le lit de la rivière de la Cisse, mais surtout d’un de ces méandres qui se rapproche en cet endroit considérablement du coteau.

Géomorphologie de Moncé

Géomorphologie de Moncé

Pocé-sur-Cisse a une histoire passionnante et très instructive. Cet article est un extrait de la grande étude des noms de lieux de cette commune de Pocé-sur-Cisse.

OK ?  KO ? ça suit ?

Tout travail mérite salaire ? Si vous avez apprécié cette consultation :

https://www.paypal.me/NicolasGuyHuron

Je peux fournir une facture pour cette consultation « sans rendez-vous !» d’un de mes blogs. A vous de décider de son montant en payant la dite consultation. Plus le montant sera élevé, moins le pourcentage de commission Paypal sera grand. Veuillez indiquer votre volonté dans le commentaire de virement Paypal (don, honoraires, facturation, etc.).

Pour me contacter, veuillez utiliser ces deux adresses :

Mail : nicolas.huron@free.fr

Mail : nicolas.huron13@free.fr

N’hésitez pas, osez l’Histoire !

 ***

Recherches utilisées pour trouver cet article : HISTOIRE ECOLE DE POCE SUE CISSE
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.