Liste des articles de ce blog : vis ta mine…

Le dernier article est présenté ci-dessous en premier.

Pour choisir votre trésor cognitif, cliquez sous le bandeau sur : Continuer la lecture…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Liste des articles de ce blog : vis ta mine…

Chârost (18) toponyme pré-préhistorique de faune-éthique ?

A illustrer brillamment comme vous voulez…

en 13 lettres…

Conchyliforme

qu’on chie, lie, forme…

Chârost, avec ses bivalves,

et le reste

en pure responsabilité de conchyliculture…

Cadavres de bivales d'eau douce

Cadavres de bivalves d’eau douce polluée au sein du Cosson

qui porte leurs noms à Huisseau-sur-Cosson (41).

Un des vrais noms et sens de Chârost peut-être premier.

Photo Nicolas Huron

La Préhistoire est entrée, par mes recherches en toponymie, dans l’Histoire qui se caractérise par l’usage de l’écrit. Cette Histoire commence en France par la Guerre des Gaules de Jules César et par quelques écrits épigraphiques et numismatiques gaulois et romains. Mais des toponymes sont plus anciens que cela. Certains sont incontestablement gaulois, ils sont très nombreux, donc proto-historiques, voire préhistoriques. Certains sont incontestablement néolithiques. Mais certains semblent encore plus anciens et semblent dater du temps des “chasseurs-cueilleurs” (et pêcheurs), c’est-à-dire du Paléolithique, car ils ne décrivent qu’une flore naturellement logique, par exemple une forêt d’ormes géants disparus ou des aulnes ou… les faunes locales dites par certains “sauvages”, bref, la faune éthique. Chârost semblent être dans ce cas.

Cette découverte prouve que les « hominidés » locaux n’étaient sans doute pas des nomades mais bien, déjà, des sédentaires, observants et contemplatifs, des gardiens. Certains toponymes sont donc la trace d’une nature, la leur, qu’ils savaient agressée (par qui on sait) et portée à disparaître. Des noms de lieux se présentent donc comme une gigantesque Grotte de Lascaux à ciel ouvert, entrant présentement dans votre bibliothèque géographique et accessoirement historique, des nœuds faits au mouchoir, sortes de marques pages,  pour les jeunes pages orphelins de père tué par un accident de travail afin que leur mémoire génétique leur en explique un jour la pleine teneur quand, après que « jeunesse se passe », ils reviendront chez eux en fils prodigue.

Ce toponyme indo-européen de Chârost, serait-il néanderthalien ?

« A Cœur vaillant, rien d’impossible ! »

(Jacques Cœur selon son nom)

NOYAU DUR

C’est encore en corps bien possible…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Chârost (18) toponyme pré-préhistorique de faune-éthique ?

Chârost (18) toponyme empreint de divinités et d’archétypes

Les yeux des cieux…

Lunettes astronomiques

et cadrans solaires

d’aide yeux des dieux…

Aise… spirituelle… Est-ce… spirituel ?

Pour beaucoup, toponymistes germanophiles, linguistes orientaux, historiens amateurs cherchant à éviter les souffrances des recherches de sources, prétentieux notables qui vont au plus court, etc., Chârost est en rapport avec les charriots ou les carrefours, mode tenant sans doute pour une addiction aux grosses berlines allemandes et autres chars hauts 4×4 de 44 améliorés, avec boutons clignotants et autres breloques de commerce triangulaire, éclatantes, et quelque peu Wolf, Tigre ou Panzer d’occupation crâne, voire coloniale, notamment à cause de quelques mentions anciennes évidemment mal interprétées et sorties de leur contexte historique sur lesquelles je ferai un article dédié. Chârost, comme Saint-Georges-sur-Arnon, et bien d’autres toponymes locaux, vont, en fait, bien plus loin et touchent à des notions devenues aujourd’hui difficilement compréhensibles.

Je me permets donc ici pour exposer cette complexité multiple, cette singularité plurielle, ce pluriel singulier, d’utiliser d’abord une présentation enfantine enchanteresse, par choix de clarté, d’éveil, de brillance solaire, inscrite dans le nom même et toponyme de Chârost (voir mes articles précédents sur l’analyse sémantique de son contenu), pour stimuler l’esprit, ou insinuer dans un engourdissement, voire, espérons-le, un sommeil réparateur, une prise de conscience d’une réalité locale profonde et toucher à l’explication des origines des dieux et des œuvres des hommes contenus dans ce même nom de Chârost et de ses voisins.

On doit voir dans ma démarche explicative un certain anthropomorphisme et un anthropocentrisme certain, par affairisme, par mode, par militantisme rural, comme fait d’actualité et de la folie d’un certain homo-sapiens africain (Lequel ? Le Pygmée ? L’asiatique éthiopien ?) ou du tyran oriental (Lequel, celui qui a les cheveux noirs ou le Germain ? Arès ou Qin Shi Huangdi) que l’on examine et réexamine à la lueur du jour, c’est-à-dire de “di”, surnom de Zeus, voire le Jovis romain, Jupiter, JOUIS, dieu, vu de dix yeux (moi et mon araignée au plafond…), le jour, voire même par Dieu, puisque tout est universel, uni vers sel, mer, étymologiquement catholique, terminologie encadrée ici par chrétien et romain, en costume Milandre…

Mille ans de re… ! Dites !

bien vermeil…

sans gains !

Les deux méandres de Chârost et de Saint-Georges, sur l’Arnon, avec leur art noms, nous éveillent sur les yeux clos ou non du demi-sommeil d’Arès, dieu de la guerre, le chas qui ne dort que d’un œil, sous ses cheveux blonds des blés. Il lève à peine le sourcil et l’oeil gauche à Chârost et fronce un peu le sourcil droit à Saint-Georges,  et on peut même dire que cela sent en aval un peu le Roussy… Son sourire bancal, lui ride un peu la tempe au Grand Faux Bourre… mât lisse cieux, en remontant sa joue agricole de la Berge. Les eaux de ses grands yeux contemplent le ciel étoilé, en voient les étoiles filantes, les astres dieux, dont lui-même, et les reflètent dans l’aise yeux des autres par ses propres méandres, ses yeux, et seul, lui, peut admirer le char d’Apollon, le Soleil, qu’il fait miroiter, sans se brûler, ni sans avoir besoin de lorgnons de soudeur à remonter de Soudis, sous dits… sous DI, et de l’ombre tardive de ce lieu-dit.

Voyez l’essieu, les cieux, de son char haut,

pénétrant votre âme de piètre mortel…

Sachant que le Soleil est au sud,

ici, on regarde passer…

les trains te…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Chârost (18) toponyme empreint de divinités et d’archétypes

Chârost (18) un toponyme à la géologie explicative

Pour apprécier la géologie d’un lieu, rien de mieux que d’examiner attentivement son ancienne église médiévale… Le béton et les parpaings, les carrelages, le goudron et les gazons artificiels en pétrole, etc., ne vous apprendront rien du terroir local… L’église, ECCLESIA, en tant qu’édifice, si ! A Chârost, les géologues ne savent pas où se trouvait la carrière des exceptionnelles, et un peu fragiles, pierres très rouges, d’un rouge unique… de son église Saint-Michel, quant au calcaire blanc, il est partout.

Chârost nef recadrage

L’exception a été sortie de terre !

Chârost un angle idéal de vues

et un arc ange fabuleux…

Tout peut-être étudié, vérifié, relu, observé, attentivement

sur Géoportail, les cartes papier et localement.

Voici quelques clés de compréhensions…

La géologie de la Champagne berrichonne

La Champagne berrichonne appartient à la marge extérieure du Bassin parisien, une ancienne mer, un golf océanique, qui devint tardivement lacustre pour sa partie beauceronne. Cette Champagne berrichonne est la marge sud de cette ancienne mer, et, est bordée par des sols du Trias (grès et argiles) et par les roches granitiques de la Marche (Lignières, Culan, Préveranges…), contreforts du Massif central, massif qui appartenait à une très haute chaîne de montagnes, formant approximativement un V et comprenant la Bretagne, Massif armoricain, le Massif central, les Ardennes, les Vosges… Cette mer communiquait avec celle du Bassin aquitain par le Seuil du Poitou : un détroit du Jurassique.

Bassin parisien géologie

Allez voir, c’est le service public…

Cette mer s’est quelque peu retirée régulièrement, et, au Crétacé sa côte se trouvait sur la cuesta (terme de géographie physique) du Graçay (Graçay, Massay), des marges de la Sologne, et du nord de la Champagne Berrichonne (Mehun-sur-Yèvre, Saint-Martin-d’Auxigny, Morogues, Sancerrois…).

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Chârost (18) un toponyme à la géologie explicative