Liste des articles de ce blog : vis ta mine…

Maître, est-ce… mes tresses ?

Ajoutez un « est-ce… ? » car

patrimoine-rural.com fonctionne autant avec http:// qu’avec https:// Essayez !

En attendant que je perfectionne et que je complète certains articles… sachez que

le dernier article est présenté ci-dessous en premier.

Mon ouvrage actuel ? Un référentiel de recherche en toponymie à partir de

Saint-Hippolyte A214 (brouillon pdf), plein de révélations techniques.

Besoin urgent de relire la Constitution des USA, son début, et savoir

ce qu’est une vraie révélation technique paléographique ? Alors A220 !

Quant à essayer de devenir sachant en découvrant la diplomatique,

passez par les Saint-Maur et les Saint-Maurice en A224 et A225.

Si vous êtes sur la page d’accueil, pour choisir votre trésor cognitif,
cliquez sous le bandeau sur : Continuer la lecture

Osez l’Histoire !

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Liste des articles de ce blog : vis ta mine…

Saint Claude, 15 février, vert tendre, printemps de l’Empire romain

Une invitation à la prudence ?

Sain clos de

vert tendre et jaune du printemps

de la naissance lyonnaise

de l’Empire romain

en syn-claude

pour le 15 août de Notre-Dame Françay (41)

pour arriver à sa fête de la tarte aux prunes et ses reines-claudes

en passant par les voies romaines et leurs camps et carrières de sables

de Saint-Claude-Froidmentel (41) et Saint-Claude-de-Diray (41)

et de quelques autres Saint-Claude de frontières antiques…

pour la saint Claude de Marie-Claude Huron, ma mère,

je vous offre son incroyable Histoire…

pour tous les 15 février…

ceint que l’eau de seing que l’ode s’in…

Pas vraiment la mi févr’ier, mois des forgerons,

en préparant Mars, mois, voire dieu de la guerre, un art…

N’oubliez pas le 15 février de fêter et d’honorer la saint Claude de Marie-Claude Huron, née Depussay, ma mère, car son nom est immensément printanier, même printanier de la Gloire de Rome. Marie, signifie notamment « grand en », « grand y »… et Vierge en…

Clous du spectacle…  χλους

de l’éclosion de la Renaissance à la Vie au Printemps !

Le mot Claude en ancien indique la couleur printanière jaune, vert tendre, du printemps et des jeunes poussesχλόος, chloos (clos, klaus…), chlon (clone), χλόη, chloê, χλωρός, chlor… associé avec ωδ, eau de, ode, le chant et les chants des hommes et des femmes qui aident par leurs vibrations à faire pousser les jeunes pousses et les bourgeons, tout comme les chants d’oiseaux et ceux des grenouilles, voire ceux des baleines… C’est une des couleurs de la reine-claude, la plus charnue des prunes, les soleils de nos haies. Une prune qui semble, parfois, ne pas être un fruit mûr et qui évite ainsi les pillages dont sont victimes les mirabelles… pour survivre en frontières antiques… comme à Françay, à Saint-Claude-de-Diray, voire en frontière agricole entre le Perche et la Beauce à Saint-Claude-Froidmentel…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Saint Claude, 15 février, vert tendre, printemps de l’Empire romain

Joyeuse Nouelle 2023 : Meuh ! Bonne ânée 2024 : Hi Han !

Tu crées choux ? T’eus craie cheux où… ?

Tue Crêche Houu… ? Tu crèches où ?

Mon petit, mon prochain, je dirai qu’il me l’a volé…

sans doute par économie, orgueil, rentabilité… sang d’août…

Noël, c’est technique et très masculin…

pour tuer la vermine (charançons, termites…), il faut, pour le Père Noël, éteindre la cheminée, pour qu’il puisse descendre avec ses cadeaux… de froidure, et de froid dur, la cheminée ayant été ramonée pour éviter les incendies… des temps vraiment froids de janvier et de février, et pour que le Père Noël puisse y garder son habit propre… et pour que la neige puisse rester bien blanche pour protéger les cultures et la Vie… et même la charpente et la toiture, voire pour faire venir et garder cette précieuse isolante neige, voire la faire tomber par dépression météorologique… afin de ne pas trop en risquer l’aire et l’air autant que l’âtre, et pour ne pas trop pousser l’eau des nuages vers l’Est, et verglacer, etc. Et puis, le matin du 25 décembre, s’il fait, par chance, froid, les enfants resteront au lit plus longtemps… pour soigner quelques impatiences de découvertes, des couvertes, des coups verts, des coûts… Le plus impatient en sera Agrippé, voire à gripper, ou pire kid nappé… Cela vous laissera un peu de temps, pour y réfléchir et bien tout organiser, et penser, panser la nouvelle année. Oui, messieurs, le Père Noël existe vraiment, c’est vous (moi par défaut présentement…), mais personne ne veut vous croire… ni moi non plus… Faites-en quand même gravement : Oh ! Oh ! Oh ! Au Haut Eaux ! Ω, ω, ω… Mmm ! Home, Homme ! Même si les placards sont vides… C’est seulement à ces conditions que l’on pourra vous dire avec force : Ah a à… d’une grosse voix grave… pour avoir le silence pour bien entendre sonner les cloches, en vérifier l’alarme, la larme, et en avoir vraie météo, à l’oreille, sans surpression, sans en trop gonfler l’atmosphère de votre con fort, voire pour entendre les grelots des bêtes… en ces temps continuels d’invasions barbares et pas qu’eux… car, voyez-les comme ils ont profité de la nuit… et des incendies… et de leurs bas-ventre…

Vous vivez du meurtre de mon fils ! Donc, don que…

Joyeuse noue ailes

Joie yeux no hell !

avec oiseaux migrateurs… car il est vrai que les papillons manquent un peu à l’appel, et à la pelle, en ce moment… et pour un certain temps, un certain taon… et surtout, sans oublier, pour qu’il en ait la goût goutte, le verre de lait, de Lée, de Lay, de laid, de l’Est, auprès de la cheminée… pour le Père Noël, Saint-Nicolas (ou vous-même), et pour certains, certes Huns, SantaKlaos… ou Claus, χλόος, patron des bouchers, des boulangers, des marchands, des voleurs, des étudiants, des écoliers… éco liés… et colliers… et dont l’habit n’est pas rouge, mais traditionnellement vert, teinture autrefois empoisonnée (croyez-en les roulottes des gitans…) grand vêtement et belle robe qu’il faut éviter de tirer pour lui réclamer quelque chose puis de s’en lécher les doigts… C’est mortel autant que de prendre la Joconde (qui sans son vernis est rousse, mais verte pour les albinos d’Orient) par les côtés… sans rien y comprendre, et rien n’y entendre… en gravité…

et bonne à Né

pour la veillée… pour la veiller…

avec trois cartes postales en cadeaux avec

le sein-esprit, le Syn-Esprit… le sain T « est-ce pris ? », le saint et ce prix, le sint-, le seing…

Au  nom de l’église Saint-Nicolas de Blois, ancienne abbaye Syn-l’Homme-Aire

au NOM du Père (du PAPA), du Fils et du psychopompe !

grâce au salon de l’agriculture de

Marie, de France, de l’Ange…

Photo Nicolas Huron

Pour 2024, inventez-vous un sens aristotélicien typiquement chartrain…

avec des cartes de vœux, et de veut… de Notre-Dame, notre peuple, de Chartres…

très incarcéré ! par et pour la suite…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Joyeuse Nouelle 2023 : Meuh ! Bonne ânée 2024 : Hi Han !

Saint-Maurice, églises et toponymes, cas douteux en syn-mor… Hisse !

Un cas d’école pour tous les

Saint-Maurice…

Pour le Noël de Maurice Huron, boucher d’Herbault, pour le Noël de Maurice Lamirault, cultivateur à Alluyes, etc., et pour tous les métiers de bouches…

Géologiquement, les constats semblent un peu les mêmes que pour les Saint-Maur, mais avec quelques touches évocatrices en plus… décrites ci-dessous…

Commencez donc obligatoirement par les Saint-Maur…

avec l’article précédent :

Saint-Maur, églises et toponymes, cas douteux en syn-mor…

Avec Saint-Maur, on peut penser qu’il s’y greffe « hisse » ? Oui ! Ys, écrit US en grec, υς, désigne le porc, le cochon, ou la truie, la laie (C’est très spirituel, je vous l’accorde, tout comme leur « Constitution »). US, comme synonyme de hyaina, υαινα, est aussi lié, en grec à la hyène, et aux femmes consacrées au culte de Mithra (dont l’épicentre se situait en Anatolie, actuelle Turquie), déesse toujours représentée avec un bonnet phrygien et égorgeant un taureau. Nous savons que le limes romain a été perdu à cause de la présence de ces faux chrétiens catholiques romains s’adonnant à la fin de l’Antiquité au culte de Mithra. C’est très renseigné en archéologie. US est aussi associé à la couleur du rouge écarlate, du pourpre, symbole de la puissance romaine, usurpée « pacifiquement » par Jésus de Nazareth, condamné par la juiverie, et rendu Christ, mort et ressuscité par Rome. Jules César a dit que les Gaulois ne comprenaient pas le Grec, il écrivait ses messages secrets en grec… La vérité, est que les Romains, non instruits (lui l’était), ne savaient pas lire le grec. Les druides, je crois que si. US désigne aussi le fils, ou le gendre (pour ὗς, voir υἷος). Je vous passe les détails…

En français, nous, nous avons la possibilité de faire du US grec, « housse ».

C’est très spirituel… et, vous savez maintenant comment vérifier.

Le mot moryss– existe en faune-éthique (voir le Grec ancien, μορυσς…), notamment comme verbe, et définit le fait de noircir, de tacher, de souiller, ou, de teindre d’une couleur foncée. En toponymie, il s’agit généralement de terres, de roches, de limons (argiles et sables)… Cela nous parle aussi de blessure car, le mot oryss– existe, notamment comme verbe, ορυσσω, et signifie : creuser, fouiller ; percer, meurtrir ; enterrer, enfouir ; déterrer, faire sortir en creusant. Ce sont de très vieilles racines indo-européennes. Ces racines sont basées sur le verbe ôry-, ωρυω : hurler (loups, chiens), rugir (lion) ; pousser des hurlements de douleur ; pousser des cris de joie véhéments. On peut préciser que le pilum romain trouvé à Herbault par un agriculteur (voir mon étude d’inventaire des noms de lieux de la commune d’Herbault), très rouillé, très assombri, porte le nom grec de yss-os, υσσος (os étant la terminaison masculine pouvant se décliner) : Hisse, Hisseau.

Un petit inventaire cartographique…

Le culte de Saint-Maurice en Région Centre et aux environs.

Cet inventaire n’est probablement pas exhaustif.

Carte Nicolas Huron

Les frontières des anciennes nations gauloises, puis diocèses romains, sont en couleur.

Chaque toponyme Saint-Maurice a son caractère et chacun mériterait l’explication que j’ai commencé à donner pour les toponymes Saint-Maur. Il n’est pas possible de les étudier en détails ici, mais on peut les identifier et faire quelques remarques géographiques.

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Saint-Maurice, églises et toponymes, cas douteux en syn-mor… Hisse !