Comment trouver l’origine d’un nom de lieu ? Méthodes et outils…

Mets Todt ? Noms ! Méthodes !

Et les outils indispensables…

ci-dessous

Exemple avec Cangey (Indre-et-Loire, 37) dans l’article précédent

Ma toponymie peut vous être utile, à condition d’en être : 32 %/€NET
car il faut bien être et bien naître d’un pays pour le comprendre.

Votre lieu ?

Si vous n’êtes pas un voleur et un pillard de la France, prenez contact.
Sinon traces… habilité… mais mémé met mes mets
pas de ma partie artisanale pro…

Un oubli ? Au plus haut ?

0 + 0

Non ? Nom !

Séchez-vous ? Une antisèche ?

Ici c’est chez moi ! C’est chez vous ? Loyer ?

C’est pourquoi je peux en faire la description… toponymique. Et vous ?

Vouloir, c’est bien ? En faire, c’est mieux ! En fer c’est mis. Eux ? Toi(T) ?

Techniques… et savoirs

Trouver l’origine d’un nom de lieu est assez technique, car un nom de lieu peut avoir plusieurs sens à la fois, en fonction des périodes de l’Histoire.

Comme c’est infini et complexe, commencez peut-être par en jouer enjoué…

tels des enfants avec mon jeu des noms de lieux qui lie yeux !!!

Françay, Herbault, Cangey, Limeray

voire à Saint-Cyr-en-Bourg

ou même chez vous.

Perdu ? Père dû ?

Honnis ?

w ou ὤ

Hauts nient ?

Apprenez à lire à lyre !

36 phonèmes 36 chants d’ailes….

Chandelles ? Pour les étoiles dans les yeux…

Toponyme, top aux nids me… plaît ? Rapidement ? Rapide ment !

Il existe des millions de noms de lieux. Chacun correspond à un terroir et à une histoire particulière. Rappelons d’emblée que l’Histoire n’est pas une science exacte, et que c’est une science humaine en constante progression.

Pour avoir une idée de l’origine du nom de lieu qui vous intéresse, vous pouvez faire appel à mes services en passant commande d’une recherche. Voici quelques exemples :

Exemple de recherche à partir d’une mention latine ancienne : Moulin de la Machine.

Exemple de christianisation rechristianisée : Bernard, Saint-Bernard, Bernardière.

Exemple de recherche avec son rapport pour un particulier : Courtevraud.

Exemple d’article pour une recherche particulière : La Pelleterie.

Exemple complexe de très grande sémantique : Chârost.

Exemple surprenant de mise en valeur : Perrozan.

4 lettres d’une révélation incroyable : Diou.

Osez faire la demande à ma boutique.

Vous pouvez aussi lire mon article précédent sur Cangey (Indre-et-Loire, 37), également à titre d’exemple, pour savoir un peu, pour un toponyme particulier et spécifique, comment je m’y suis pris, sachant que ce serait différent pour un autre toponyme.

Sinon, vous pouvez chercher par vous-mêmes avec les outils proposés et référencés ci-dessous.

Cependant il vous manquera quelques décennies d’expérience et de connaissances du terrain et des archives. Mon expérience vous emmènera bien plus loin que vous ne le pensez. Essayez !

Contact ! avec la réalité historique…

Méthode et outils…

Essayer de trouver l’origine d’un nom de lieu, d’un toponyme, sur internet est assez illusoire. La plupart des interprétations que l’on y trouve sont des copies d’ouvrages anciens (germaniques protestants édités en Suisse comme beaucoup d’âneries d’expulsés…  Ex pull s’est mité ?) et sont le plus souvent fausses.

Ex père ? Expert ?

Trouver l’origine d’un nom de lieu, c’est d’abord trouver son sens ou ses sens, le rapport existant entre le lieu et son histoire, ou entre le lieu et sa géographie.

Un nom de lieu peut avoir eu plusieurs sens en fonction des époques historiques.

Toponymes-Restigné

il existe des dizaines de millions de toponymes en France

Il faut d’abord chercher dans les livres… Attention les livres des supermarchés sont souvent d’une médiocrité affligeante quant à Wikipedia (la perfide Albion…), il n’y a pas assez de place et les liens pertinents existent peu, notamment sur les outils nécessaires. Tout semble censuré.

La bibliographie indispensable

Les livres de toponymie ou de linguistique  sont plus ou moins utiles. Voici ceux que je consulte le plus souvent :

BAILLY (Anatole) : Dictionnaire Grec Français, rédigé avec le concours de E. EGGER, édition revue par L. Séchan et P. Chantraine, professeurs à la Faculté des Lettres de Paris, Vanves, Lib. Hachette 2000 (anciennes éditions 1894, 1950, 1963) (outil indispensable car ce que l’on ne vous dit pas est qu’avant Jules César, en France, on parlait grec, d’ailleurs encore aujourd’hui, mise à jour oblige… Faune-éthique ?). Une version existe en ligne sur le NET.

GAFFIOT (Félix) : Dictionnaire illustré latin français, Paris, Lib. Hachette, 1934 (outil indispensable pour une approche du latin et de ses toponymes dérivés). une version existe en ligne sur le NET.

– DELAMARRE (Xavier) : Dictionnaire de la langue gauloise, une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Ed. Errance, 2003 (outil indispensable pour une approche des toponymes gaulois).

LACHIVER (Marcel) : Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard 1997.

– GENDRON (Stéphane) : Les noms de lieux de l’Indre, Joué-lès-Tours, Académie du Centre et CREDI Éditions, 2004 (presqu’introuvable, malheureusement tiré uniquement pour les collectivités de l’Indre).

MORLET (Marie-Thérèse) : Dictionnaire étymologique des noms de famille, Lonrai, Perrin, 1991, réimp. 1997 (la meilleure approche anthroponymique).

– MORLET (Marie-Thérèse) : Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule. I/ Les noms issus du germanique continental, Paris, 1968. II/ Les noms latins ou transmis par le latin, Paris 1972. III/ Les noms de personnes contenus dans les noms de lieux, Paris, 1985.

LAMBERT (Pierre-Yves) : La langue gauloise, Paris, Ed. Errance, 1997.

Les classiques inspirés surtout de l’anthroponymie

VINCENT (Auguste) : Toponymie de la France, Bruxelles, 1937.

DAUZAT (Albert), DESLANDES (Gaston), ROSTAING (Charles) : Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Paris, 1978

DAUZAT (Albert), ROSTAING (Charles) : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 1863, réimp. Paris, 1978.

– DAUZAT (Albert) : Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France, Paris, Lib. Larousse, 1951.

NEGRE (Ernest) : Toponymie Générale de la France, 3 volumes, Genève, 1990-1991.

Les études récentes de qualité

– GENDRON (Stéphane) : L’origine des noms de lieux en France, Paris, éd. Errance, 2003.

– GENDRON (Stéphane) : Noms de lieux du Centre – Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loiret, Loir-et- Cher, Paris, Christine Bonneton éditeur, 1998.

– GENDRON (Stéphane) : Toponymie et microtoponymie des lieux humides en Indre-et-Loire, dans Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, année 2001, pages 185 à 199.

– GENDRON (Stéphane) : La toponymie des voies romaines et médiévales, Paris, Ed. Errance, 2006.

Les reprises à aborder avec prudence

CASSAGNE (Jean -Marie) et PESSON (Jean-Marc) : Origine des noms de villes et villages, Indre-et-Loire, Saint-Jean-d’Angély, Éd. Bordessoules, 2001 (collection départementale).

MIQUEL (Pierre) : Petite histoire des noms de lieux, villes et villages de France, Paris, Albin Michel, 1993.

VIAL (Éric) : Les noms de villes et de villages, Paris, Belin, 1983.

D’autres dictionnaires utiles

DU CANGE (Dom) : Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, Didot Frères, 1845, en 7 volumes (latin médiéval consultable sur internet).

GODEFROY (Frédéric) : Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, du IXème au XVème siècle, Paris, Emile Bouillon lib.-éd., 1892, en 10 volumes (ancien français consultable sur internet).

– DUBOIS (Jean), MITTERAND (Henri), DAUZAT (Albert) : Dictionnaire étymologique, Ed. Larousse, Paris 2001.

HUGUET (Edmond) : Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Didier, 1925, en 7 volumes.

– Les glossaires de langues locales comme : PÉGORIER André : Les noms de lieux en France, Glossaire de termes dialectaux, IGN, Commission de toponymie, 1997 (assez pauvre).

et les cartes

Géologie, géographie, géo-morphologie, parcellaire…

Pas de toponymie sans cartes papier (IGN, Michelin, etc.) ou sans Géoportail !!!

Beaucoup de noms de lieu ont un rapport avec la nature du sol, la géologie, à l’eau, l’hydrographie, à la forme du paysage, au parcellaire des cultures, ou aux cultures…

Beaucoup ont un rapport avec la flore ancienne, avec la faune…

Pas de toponymie sans encyclopédies papier ou informatique…

Il faut enquêter sur le terrain, observer les cadastres, la géologie, le paysage…

Pas de toponymie sans une grande expérience du terrain.

Il faut étudier aussi les toponymes voisins, les routes, les chemins, etc., qui sont le plus souvent en rapport aussi avec le terroir désigné recherché.

Une enquête sur le terrain

Elle est indispensable pour ajuster la prononciation du toponyme. Il est mieux de ne pas en être étranger (agriculture, connaissance des terres, des sols, des roches, des patrimoines architecturaux, des grands évènements historiques, etc.). Vouloir l’explication d’un toponyme quand on vient d’ailleurs rend indispensable l’appel à une expérience sérieuse locale. Le témoignage d’un habitant peut apporter un véritable éclairage. C’est très rare, mais cela arrive.

La recherche comparative

Il faut évidemment s’intéresser aux autres lieux portant le même nom ou un nom semblable, à leur géologie, à leur géographie…

Les autres toponymes peuvent être trouvés par internet, par Google Earth, par Géoportail, par Openstreetmap, ou avec le logiciel suivant : CDIP : Dictionnaire des toponymes de France, recherche et localisation de lieux en France, 2 CD-Rom, Bouffemont, CDIP, 2004.

Il est bon de confirmer une interprétation en examinant les toponymes semblables ou de la même famille.

Conclusion

Trouver le sens et l’origine d’un nom de lieu demande des outils (livres, internet, logiciels), mais surtout une analyse du paysage (géologie, géographie) et de son histoire. Il faut toujours commencer par l’utilisation de la bibliographie, puis, par l’analyse du paysage, de son histoire. Il faut toujours essayer de confirmer l’interprétation par une analyse comparative des noms de lieux semblables. Il faut avoir une bonne connaissance du terrain, et donc avoir un amour du terroir et des terroirs, bref être un sédentaire d’extraction paysanne.

Cette recette, qui peut être complétée, est ouverte à vos critiques et ajouts : Contact !

Tarifs indicatifs pouvant varier avec la conjoncture.

L’accord de l’historien est indispensable.

Toponymie à la demande

Toponymie à la demande ; tarifs indicatifs pouvant varier selon la conjoncture.

Tarifs indicatifs pouvant varier selon la conjoncture.

L’accord de l’historien est indispensable.

Après cette consultation…

Je peux fournir une facture pour cette consultation « sans rendez-vous !».

A vous de décider de son montant ici.

N’hésitez pas, osez l’Histoire !

Recherches utilisées pour trouver cet article : toponymie jeu
Ce contenu a été publié dans Histoire locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Comment trouver l’origine d’un nom de lieu ? Méthodes et outils…

  1. Ping : Les grands évènements qui ont formé les toponymes

Les commentaires sont fermés.