Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (9) progrès scientifiques 1

J’ai découvert Saint-Cyr-en-Bourg comme étant un phrasé ancien, phonétique, mais aussi autres, faune-éthique, qui évoquent les aigrettes, les ours, les aurochs, etc., l’étoile double Sirius, la Création, la craie à “scions”, etc., et la création de la matière, H, H2O, etc., notamment vivante, et donc du Vivant, J. C., et de ses martyrs… et sa lutte contre notre esclavage.

Ceint cire ambe ours, martyrs avant Saint-Cyr-en-Bourg, martyrs…
Maine-et-Loire, 49, arrondissement de Saumur.
Singularité plurielle et pluriel singulier…
Comment le ou la connait-on ?
par Jules César ?
Part J. C. !
Post(e)

Avant moi… René Descartes, de la Haye-Descartes ?

Avant moi… René Descartes, de la Haye-Descartes ou de la Haye-en-Touraine, avec son habit noir de protestant, aux poils de jais… Etait-il catholique ? Faire une démonstration scientifique reproductible, est-ce très catholique ? En souhaitez-vous un clone ? Un trou noir ?

Tout le monde peut bien sûr en refaire la démonstration…
Cependant, ce n’est peut-être pas trait catholique.
Mais mémé met mes mets…

DSCN6789

Descartes, samedi 9 novembre 2019, jour de la saint Théodore…
https://www.calendrier-365.fr/calendrier/2019/novembre.html
Descartes, t’es au dehors ? Des cartes ? D’écarts te…
Tradition française…

Photo Nicolas Huron

Grâce à l’Académie des Sciences, créée, au nom de Notre Sire, par notre sire Louis XIV, Roi Soleil, son humble sergent et représentant sur Terre et sur terre pour les affaires temporelles, me voici !

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (9) progrès scientifiques 1

Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (8) éternellement infini

Toucher à l’infini car tout chai a : “l’Un fit nids”… notamment en fût.

Passé simple d’hirondelles, de chauves-souris, d’araignées… et de lézard(e)s ?

Saint-Cyr-en-Bourg, sain s’y rend bour… et ? en Bourre-gué, en bourg gai !

Roulez bourré, roulez bourg Est ! Roule et bourre Ai !

Roux Lay bourre et…

Carte postale : Nicolas Huron

Riche d’une découverte infinie…

Le seul nom de Saint-Cyr-en-Bourg, christique comme tous et divin s’il en est, le nom de lieu, le seul toponyme, nous transporte vers de spirituelles destinations infinies localement qui peut dépasser de loin l’existence de chacun.

Septique non loin de sa fosse ?

Cep tique ? Rome !

Rrr’hommes !

-UM…

Pour en avoir le c(h)œur net, plongez vous dans les articles précédents de cette série, et allez aussi grappiller vers d’autres et aussi d’autres cieux… si yeux…

Vous vous apercevrez qu’on y touche, au gré de la vie, à l’astronomie, à l’astrophysique, et pas seulement à la géographie, la géomorphologie, la géologie, à ses reliefs, aux roches, aux pierres mégalithiques, aux cailloux, aux gravas, au Graal, au grès ferrugineux, aux noues gâts, au calcaire, au tuffe haut ou bas au gré du calcaire et des champs, à Jules César, à César, à ses arts, et à l’Histoire du christianisme, à Rome, à la phonétique, à la linguistique, à la faune éthique et à sa flore, à la Dive, au Tout Est, à Jupiter, au Roi Soleil, Louis XIV et à sa fronde et autres frondes, à Vénus, Mars, Mercure, Apollon, à l’amendement des terres et de la Terre, aux oignons, à la croûte terrestre, à la végétation et aux végétations, aux moisissures, aux meurtres, à la folie meurtrière des autorités, aux Enfers et au Paradis, à la morale et à la mort, à l’archéologie, aux Turcs, aux Anatoliens, aux Egyptiens, aux Judéens, aux Grecs, aux Gaulois, aux Germains, aux Romains, aux Francs et aux Français, etc., aux peuples locaux, aux tribus des tributs, à l’impôt, au logis, au bourg, à l’art militaire, au racket de douaniers, à saint Martin et aux martins-pêcheurs, à la grande sémantique, à la pataphysique, à la météorologie, voire à l’orientation de la Terre en fonction de celle-ci et vis et versa… La liste en est infinie.

Comment en faire l’abord, alors, de cet infini Eternel ?

Par instruction contemplative !

Spectaculaire…

Hall hors !

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (8) éternellement infini

Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (7) en faune éthique

Saint-Cyr-en-Bourg est un ancien phrasé, resté caché et secret pendant des siècles…

L’actuelle entrée du bourg de Saint-Cyr-en-Bourg,
avant de vous en faire découvrir
présentement une autre…

Photo Nicolas Huron

Une histoire de langues bien gourmandes…

Sous les Romains, puis sous leur Empire, puis sous son héritière, l’Eglise catholique romaine, ces administrations étrangères écrivaient ici latin, jusqu’à vers le milieu du XIIIe siècle. On sait qu’on y parlait déjà à cette époque-là le français… ancien français ?

Avant eux, les Gaulois, gale germanique celte, écrivaient uniquement pour la comptabilité et surtout en têtes coupées et rires homériques conservés dans des « hauts pis d’hommes » (qu’on peut écrire oppidum) et des bocaux (qu’on peut écrire « beaux caux », dans le genre de Saint-Cyr-en-Bourg)…

Malgré tout, autrefois, on était intelligent, on écrivait suffisamment grec pour savoir qu’écrire tue l’Esprit et ne sert pas à grand chose, sinon aux imbéciles qui veulent vous imposer un sens unique inique à la Vie et au Vivant. Maintenant, on peut…, enfin moi habitant local, descendant d’esclaves depuis des millénaires, descendant de votre esclavagisme (à moins que vous ne payiez cette consultation) je peux vous le dire…

C’est un peu comme un certain chandelier de style perse, donc romain,
volé et retrouvé dans un certain temple de brigands…
Caverne d’Ali Baba ou Grotte de Lascaux ?
”Les deux, mon capitaine…”
Ses âmes, ouvre-toi !
Mis à : « Meuh ! » ?
Mi-âmes ?
Miam !

Une administration ignare, criminelle, cruelle et régicide

Espace vital allemand, germanique et anglo-saxon obligeant, avec la Révolution française, cette même administration étrangère, par soucis génocidaire et destruction planétaire rentable ou commissionnée, n’y comprit évidemment guère plus, voire guerres plus, pour ne pas dire rien, Paris et ses Paris-Goths, étant une implantation germanique, d’abord posée par les anciens Gaulois sénons pour se protéger des Germains belges, puis par le Franc Clovis pour se protéger des Germains germains de « Guerre-manie », nommée pudiquement actuellement Allemagne, et notamment de leurs Angles, Saxons, et autres barbares abominables, etc.

N’oublions bien sûr pas l’intermède romain de Lutèce : lutte est-ce ?

T’es rat pi ? Des vil(l)es ? Oui, oui ! Si, si… RRRrrr…

Grammes m’errent ou grammaire ?

Faune éthique ou phonétique ?

Gênes au Cid  ou… ?

Hors ou or ?

Clos vice ?

Finement

con…

La grande découverte toponymique du millénaire, voire plus

Par mon sang, pour retomber sur mes pieds et mes pillés d’ancêtres (à orthographier…), après une longue étude de vérification sur le terrain et par la cartographie, j’ai découvert que Saint-Cyr-en-Bourg était, évidemment en rapport avec un ancien bourg gaulois (germain celte), puis romain (turque troyen), une forte et grande forteresse de frontière avec, évidemment, la présence ancienne d’une justice inique, cruelle, débauchée et cynique, tueuse d’enfants et violeuse de jeunes femmes, y ayant implanté pendant la christianisation et ses tentatives de mise à bas de l’esclavagisme, le culte de Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte, mais j’y ai découvert aussi que les toponymes Saint-Cyr, dont celui de Saint-Cyr-en-Bourg, qui fait l’objet de mon étude pour sa municipalité, était en rapport avec la racine latine ciris, l’aigrette, l’oiseau échassier blanc des zones humides (voir les articles antérieurs de cette étude “vis ta mine” : Saint-Cyr), lui aussi transformé en vain.

Une porte s’est ainsi ouverte sur une réalité environnementale… détruite des truites.

Sain Sire ambe Our !

Hambourg ?

Nein ?!

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Article “vis ta mine”, de Saint-Cyr (7) en faune éthique

Petit cadeau sémantique poétique 001 : Amboise

Amboise , en, an (in-, a-, non-), ou han, ou âme, puis… ou bien ambe, rivière en gaulois, puis boise (un ordre ?), ou bois, ou bien bussus, lèvre ou pénis en gaulois (on a le mot “buse” en France à propos du tout à l’égout), boue a, bout a, etc.

Bois ! ça, c’est du bon bouleau…

Ou bien, ambe et uassos, serviteur, soumis en gaulois, proche de “oiseau”, ou de azes, mouches à miel ou autres mouches… faune éthique phonétique, « oise » étant un peu synonyme de « aise ».

En bois oeufs…

A la campagne, on dit plutôt « Ambe où aise », ou bien « en boue aise », à la ville, on dit plutôt « Ambe ou azes » (pour comprendre, la plaisanterie, relire la Fontaine : Le rat des villes et le rat des champs… libre de tous droits).

En latin, si on prononce « a », « ai », “è”, “ê”, Ambasia, Ambazia, Ambacia, Ambatia… devient ?

Aime…

Allez, un Effe fort !

L’Amasse ? et ses hospitaliers ?

Saint Thomas ?

Je suis allé visiter récemment plusieurs fois la paroisse de Saint-Denis d’Amboise, vocable classique des cimetières mérovingiens, curieux titre… Magnifique ouvrage !

Envoyez une photo libre de tous droits.

Je verrai si elle mérite d’être ici…

Amboise abrite toujours des curiosités prétentieuses en observation.

A vous de chercher !

Vous pouvez toujours me demander une petite liste non exhaustive…

Contact !

Si vous pensez Léonard de Vinci intelligent, ou Michel Debré, ou autres…
vous avez quelques gênes et un gros problème faune éthique à résoudre…

Coaching ?

Pour une interprétation plus gauloise, romaine, voire peut-être germanique, “néo-classique”, républicaine, tourangelle, voire p(h)arisienne, veuillez consulter : Stéphane Gendron : L’origine des noms de lieux de l’Indre-et-Loire, communes et paroisses anciennes, Chemillé-sur-Indrois : 2012, Editions Hugues de Chivré (tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés dans tous les pays) à 14,90 €.

Le dernier phrasé semble totalement contradictoire avec les progrès de la science historique, science de toutes, sachant qu’un monopole est forcément criminel ; mais je crois que ce n’est qu’un linguiste et non un historien.

Logiquement, je devrais pouvoir le citer, mais… il vaut mieux être un peu prudent…

Ethique de l’historien.

Y en aurait-il voulant déposer des droits d’auteurs sur là, plat net, Beauce ?

Sur ces génocides successifs ? Sur l’arrêt de la marche du progrès ?

Qui sait ce qu’il mange et ce qu’il respire ?

Gare aux goths gores… ris “–ille” !

Par azes it ?

de A à Z

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Petit cadeau sémantique poétique 001 : Amboise

Faire entrer la Préhistoire dans l’Histoire : sens écrits…

A l’étude des toponymes, les noms de lieux, des communes d’Artannes-sur-Thouet et de Saint-Cyr-en-Bourg (49 ; Maine-et-Loire) et de leur environnement, j’ai découvert une cohérence environnementale présentant une faune ancienne et un environnement naturel pré-romain, protohistorique, c’est-à-dire gaulois, datant de l’âge du fer, et même plus sûrement plus ancien, néolithique, voire même paléolithique.

Fers en traits, la Préhistoire dans l’Histoire sans ses cris…

Mais d’où sont venus ceux qui ont détruit la phonétique
et la faune éthique de Françay (41 ; Loir-et-Cher) ?

D’Occident ? Il n’y a là-bas que l’Atlantique et peut-être l’Atlantide…
des saints-pierres, des loutres de toutes eaux vives, des millions de bébés phoques…

Un environnement naturel détruit mis à jour

Mon étude et mes comparaisons de terrain, m’ont conduit à constater que certains toponymes évoquent le souvenir d’une faune éthique disparue à travers la phonétique subsistante :

Artannes-sur-Thouet, avec son évocation de la proximité (are-) des chênes verts (tan-) de ses sols crayeux, avec ses ours (art-) hibernant dans des caves, ou trous, ou troglodytes (an correspondant à in, en, ou marque de contraire ou de négation…), ou ses mêmes ours, se gavant pour leur hibernation en tannant des saumons sur ce resserrement du relief de cette large vallée leur rendant accessibles les berges du Thouet, qui quand on le prononce “Thouette”, comme on me l’a fait savoir localement, évoque la sonorité de la goutte d’eau qui rebondit, ou celui d’une onde, d’un écho, le son du goutte à goutte dans une grotte, un troglo, une fuite, le son de deux bouquetins se frappant, et leur écho, représenté dans la grotte de Lascaux où on ne sait pas si le second, en ombre blanche, est bien là, la répétition des batraciens, l’éclaboussure du pas de l’élan, et de celui du renne dans la neige, pas encore travaillé au Cadre Noir de Saumur sur un animal dont ce n’est pas le pas, l’éclaboussure de l’épinoche, la prise de l’alevin par un échassier, ou son saut, ou la prise ratée de l’aigrette, ou le geste de la punaise d’eau, ou celui de la bergeronnette posée et hochante, ou celui de la mère carpe, la grosse mère, Eve, l’eau, la mère de tous, la grande muette, qui, grosse de ses oeufs, appelle, sur la berge, happant l’air, pour être prise par moi-même, homme local, ou par la grande aigrette, ou par le héron cendré, pour transport, pour aller pondre ailleurs… et prolonger plus loin le Vivant, ou le pas léger et levé de paysan laboureur de mon grand-père à qui je dois cette connaissance instinctive et à son fils Michel qui l’a fait réellement pour poissonner plus loin un étang neuf…

Le « plongeons » salvateur de la guerre noue -ille…

Le plongeon salvateur de la grenouille…

Geste de rapport à l’eau…

Effets, Effe Est !

Tout êtes ?

Tout Est !

THOUET

prononcé en anglais : thouet, th…, souhaite ?

to WET !

Saumoussay, avec ses saumons, et les bulles de leurs frétillements, et sauts en ce barrage naturel, les mousses des frayères, la mousse de ce coteau humide, au brouillard écrasé dans le sous-bois de sa pente, sa hauteur, Houssay, sa somme du Vivant marin de sa falaise de craie du Crétacé, et son argile détritique dégoulinant, les housses ou houses des hommes et des femmes, et l’interrogation dans ce brouillard et cette végétation : somme où ? c’est ?

Sceaux, seaux, sauts, sots, s’haut… me…

Moue c’est, moue Cé, mousse et…

US A prononcé à la romaine.

Sot mousse est…

Saint-Cyr-en-Bourg, avec ses nichoirs d’aigrettes sur des ormes géants et leurs allers-retours vers la rive et les marais, leurs plumes en plumards en bourre, les mouches à miel et leur cire en bourre, et le sire, taureau blanc, l’auroch, Our, Ur, et sa rivière, ambe, encerclée dans une plaine alluviale, presque un estuaire, ou un confluence, en bout remontant parfois de la Loire, mais aussi son plateau ceint, sain, saint, sein où s’insérer dans un trou, en bout de grotte, peut faire croire au verbe aller au futur : irai, iras, ira, irons, irez… irant ? Dans la rivière où tout est, ou dans la mer de craie du Crétacé ?

L’ultra son du scanner de la chauve-souris vous traverse en échographie !

Moi aussi ! Penser panser ! Panse est ! C(h)oeur !

File6077

Lascaux, Lasse Caux… avec tes tripes infectes et leurs peaux…

Tel un excrément contemplant ses nourritures marquant à jamais cette craie poreuse…

triste condition humaine masculine… dévoilée en secret en moments providentiels…

Merde ? Mère de… ? Crottes dans une grotte ? Cendres ? Tentures minérales ?

Empoisonnement destructif ? Tube digestif ? Happé rite if ? A pet rit tif ?

Ancre raie t’a C ? En craie tassée, en Crétacé ?

En crête as c’est ? En queue, raie t’a Cé…

Cocorico ? Coq au riz Co ? Coco rit qu’au…

Coques caux or y… ? Coque hors y qu’au…

Doux et de c(h)amp ? d’où et de quand ?

Hum heures de dinosaures marins,
de tortues marines, d’éponges,
de coraux, d’ammonites…

Dîne hauts hors !

Dîne, ose, or…

Nos stalles, j’y… ?

N’hausse, t’as le J.

Berger, berge, j’ai ri coché…

Pour amender les terres de la Terre et y chasser les loups !

Bats ceux que… ? Bât se queue… ? Basse queue ? Bas ce qu’eux…

Culture ? Culte Ur ? Coûte Ur !

Sain si rend boue re…

amendement

Chistera !

Terre…

TERRE !

ERA !

Tu as perdu la boule, chair y… oeufs ?

et la terre de la Terre, alors… ?

erra ?

Et la Préhistoire entra ce jour dans l’Histoire…

L’Histoire est avant tout une science travaillant sur l’écrit. Pas d’Histoire sans écrits. Cependant les historiens utilisent depuis longtemps aussi le graphisme, la représentation… En fait, c’est une science qui intègre toutes les sciences, la géographie, la géologie, l’agriculture, la culture, la couture, l’artisanat, etc. La liste est infinie.

Inventez-en d’autres ! L’Histoire les absorbera, même si elles sont fausses.

Si la toponymie nous donne des indications, par sa phonétique, sur la faune éthique naturelle et due, cette petite science annexe de l’Histoire, très récente, fait entrer la Préhistoire dans l’histoire, dans l’écrit.

Art à noeuds ?

Ceint si rend bourre…

Tu tirerais la couverture à toi(t) ?

Tu tirerais l’à-coup vert Ur à toits ?

Fameux savant te… ?

Q rieuse ?

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Faire entrer la Préhistoire dans l’Histoire : sens écrits…