Françay (41) : cartes et toponymes

En cadeau en fin d’article, ce joli poster des toponymes anciens à télécharger…

en différents formats bien lisibles (png, jpg, pdf, svg) en fin d’article

FrançayJoliCadreToponymesAnciens150px

Aperçu…

Faune éthiquement, chaque commune peut construire le sien…
pour sauvegarder et diffuser le patrimoine écrit
et phonétique de tous de cette terre
et son effroyable mémoire…

Ma cartographie des toponymes de Françay

Voici ma cartographie, certaines de mes cartes de mon étude des toponymes, des noms de lieux, de la commune de Françay. Elles regroupent l’ensemble des toponymes que j’ai pu glaner dans les sources et documents disponibles (plans, cadastres, cartes, documents, témoignages…). Elles peuvent être complétées par témoignages oraux d’anciens et par recherches approfondies dans les sources écrites anciennes.

FrançayToponymesContemporains150px

Aperçu de la cartographie des toponymes contemporains

téléchargeable en différents formats bien lisibles (png, jpg, pdf, svg) en fin d’article

Carte Nicolas Huron

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Françay (41) : cartes et toponymes

Françay (41) : son cadastre ancien

Le cadastre ancien, ses toponymes et ses micro-toponymes, sont sources d’incroyables révélations environnementales et historiques. Un doute ? Non, une réalité…

Une sauvegarde et une découverte infinie possible pour chaque commune rurale.

Françay Cadastre 04 Bourg

Le bourg de Françay (41 ; Loir-et-Cher) en 1819 sur le cadastre ancien dit napoléonien.

Section D du Bourg 2ème feuille.

Archives départementales de Loir-et-Cher

Sauvé… Sauvez votre cadastre ! Sauver ce cas d’astre unique !

Sauvé jusqu’à présent par l’administration…

Il y en a, ou il y en avait, deux exemplaires : un pour la municipalité et un pour l’administration départementale.

Dans presque chaque mairie (sauf si les deux exemplaires ont été, comme en Loir-et-cher, regroupés aux Archives départementales, soi-disant pour sauvegarde… un contre-sens logique) et dans chaque Archives départementales, le cadastre ancien est un trésor de révélations sur l’environnement naturel et historique d’une commune.

Quand le cadastre n’est plus accessible en mairie et qu’il n’est accessible que par le net, par exemple en Loir-et-Cher, sans libre téléchargement, c’est très lent et véritablement laborieux d’en faire un relevé exploitable pour la science, et, de plus, on ne voit pas pourquoi on aurait à remplir de la paperasse ou à payer des droits de reproduction pour un patrimoine qui est le nôtre et qui est tombé dans le domaine public depuis longtemps. Aurait-on arrêté le progrès pour quelques rentes indues ou pour une occupation barbare angle, saxon… ?

Les photos des cadastres anciens que j’ai faites ou que je fais moi-même dans les mairies sont libres de droits (il suffit de demander, mais chacun peut le faire) comme il se doit pour toute source historique ancienne. Ce blog peut servir d’ailleurs de “boîte aux lettres” temporaire de communications et d’échanges.

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur Françay (41) : son cadastre ancien

En gueux laid engueulé anglais (4)

Traduction en glaise… E’veut ? Eve… de côté cotté coté ! Si Est…

Ceinte, t'es t'y haine des guerres, et... ?

Ceinte, t’es t’y haine des guerres, et… ?

Saint-Etienne-des-Guérets, près de Françay (41 ; Loir-et-Cher)

Sein tête tienne… Saintette y haine… Ceint, tête t’y aine…

Ceinte, t’es t’y haine des guerres, et… ?

Photo Nicolas Huron

La toponymie préhistorique et historique et Boris Vian…

J’admire profondément Boris Vian, auteur, compositeur, ingénieur, directeur artistique, acteur, trompettiste, traducteur (notamment de livres de science-fiction anglais)… qui, par passion, m’a appris à lire vers l’âge de 15 ans, vers 1978, et qui était, pourtant malheureusement, interdit à l’époque par l’Education Nationale.

Veulent-ils vraiment vous apprendre à lire ?

Boris Vian traduisait l’anglais le plus retord, mais, lui-même, est-il traduisible en anglais ? Voici ma propre réponse qui démontre que nombre de toponymes français, qui fonctionnent un peu comme l’esprit de ce remarquable auteur, ne peuvent être traduisibles, ou seulement par votre propre point de vue, c’est-à-dire vos gènes, vos retenues, vos otages et, autres hôtes âgés…

Leçon ? Le son… civilisationnellement, si viles lisent à si haut…

On n’est pas là pour se faire engueuler…” Boris Vian !

Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=vpW_eBJKw74

(((( On naît pas las pour ce fer anglais… ))))

On n’est pas là pour se faire en gueux laid…

etc.

“SKI prouve qu’en Protestant, quand il est en corps taon,

on peut finir par obtenir déménagements”…

avec un peu de culture, c’est encore plus assaisonné

au dragonnades… non ? NOMS !

AAaaah, la culture…

Statue en plâtre de Jeanne d’Arc, église Notre-Dame de Françay (41 ; Loir-et-Cher)

Statue en plâtre de Jeanne d’Arc, église Notre-Dame de Françay (41 ; Loir-et-Cher)

Statue en plâtre de Jeanne d’Arc, église Notre-Dame de Françay (41 ; Loir-et-Cher)

Photo Nicolas Huron

Cadeaux sémantiques supplémentaires à essayer au crayon…

Deux tubes (mot inventé par Boris Vian) blésois
(mot inventé par son environnement naturel)

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur En gueux laid engueulé anglais (4)

En gueux laid engueulé anglais (3)

Comment les angloys se mocquoient.

Et lappelloient le roy de bourges”.

Orgueil ? Prétention ? Crimes ? Pillages ? Goulanterie ? Hérésies ?

La victoire revînt pourtant à Charles VII, le très Victorieux roi de France…

par Jehanne la Pucelle, Agnès Sorel, Jacques Cœur, etc., éternellement !

Besoin d’un O6 avec l’ode là ? d’un maquillage empoisonné ? d’un emploi franchisé fictif ?

etc. ? C’est pas les miens…

Enluminure de Martial d’Auvergne tirée des Vigiles de la mort de Charles VII

Enluminure de Martial d’Auvergne tirée des Vigiles de la mort de Charles VII

Enluminure de Martial d’Auvergne tirée des Vigiles de la mort de Charles VII,

datée de 1484, représentant de Charles VII, roi de France, vers 1422.

Lecture et relecture… bref, religion ! Croix Rouge ? Crois blanche !

Comment les angloys se mocquoient. Et lappelloient le roy de bourges”.

Bibliothèque nationale – Manuscrit français : Ms. fr. 5054, fol. 33.

Illustration en Berry de la Guerre de Cent ans, des victoires de Charles VII et du retour à la paix

Des lettres de rémission furent accordées en mai 1444 en faveur d’André Philebert, homme d’armes, par Charles VII. Ces lettres de rémission nous décrivent, quelque peu l’ambiance en Berry, à travers les péripéties de cet homme, de ses vols de bétail et de tissus, entre 1428 et 1444, en pleine guerre de Cent Ans, juste avant la création par le roi des compagnies d’ordonnances en 1445, et quelques années avant la fin de cette guerre en 1457, mettant provisoirement fin aux exactions et aux pillages anglais et aux brigandages associés, et instituant le retour à la prospérité propre à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle.

C’est un texte aux anecdotes intéressantes et aux détails historiques extrêmement instructifs.

Des hommes d’armes rançonne le Berry entre 1442 et 1444

Lorsque André Philebert, surnommé Pélerin, originaire de Levroux (36 ; Indre), fut âgé de 16 ans, vers 1428, il partit de l’hôtel de son père pour se rendre, aux frontières, par-delà la Seine, dans la ville de Louviers (27 ; Eure). Il y demeura au service de gens d’armes du roi de France environ cinq ans (donc environ de 1428 à 1433). Il se mit ensuite au service de l’écuyer d’écurie du roi, Robert de Floques, dit Floquet, et des gens d’armes et de trait de sa compagnie, à Levroux (36 ; Indre), où il résida à nouveau dans l’hôtel de son père pendant environ deux mois.

Puis André Philebert partit de Levroux avec le neveu de Robert de Floques. Il se rendit ainsi à Châtillon sur Indre (Châtillon-sur-Indre ; 36 ; Indre) pour voir un ami, Jehan Cornay, demeurant à Vornay en Berry (au sud-est de Bourges ; 18 ; Cher). En chemin il rencontra deux frères, Guillaume Boulaye et Perrin Boulaye, et également Le Grant Pierre, Le Petit Robert, Jehan Canesson, marié à Aubigny (Aubigny-sur-Nère ; 18; Cher), Guillaume Beaufilz et Martin Giraut, demeurant près de Loches (37 ; Loches), tous compagnons de guerre. André Philebert, qui avait volé des moutons sur son chemin, se mit avec eux. Lui et ces compagnons allèrent avec le bétail dans un village nommé Arvoise (transcription incertaine, sans doute Annoix ; au sud-est de Bourges ; 18 ; Cher) où les compagnons étaient logés. Un certain Le Bastard du Coudray vînt les trouver pour réclamer son bétail. Les compagnons lui réclamèrent une rançon de 9 écus d’or.

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur En gueux laid engueulé anglais (3)

En gueux laid engueulé anglais (2)

L’Histoire permet de connaître les mœurs, voire les gênes, les handicaps, la fainéantise, etc., de certains barbares nomades pillards criminels germaniques, notamment ceux des Allamans, des Teutons, des Angles, des Saxons, etc., du Jutland ou d’ailleurs, de cette zone géographique d’agglutination et d’accumulation de pillages de biens français, appelée Germanie, et ayant pondu et exporté, entre autres atrocités, l’anglais, qu’on appelait autrefois englois ou anglois sachant que l’orthographe, notamment des noms de lieux et de personnes, est une invention de la dictature p(h)arisienne. Mais vous pouvez retrouver ici, discrètement, votre propre Vérité “si vie, lisez…”

Patrimoine en otage… mes pas qu’eux…

Photocopies : Archives Nationales : Trésor des chartes, JJ 96, folio 114 verso, N° 335

Photocopies : Archives Nationales : Trésor des chartes, JJ 96, folio 114 verso, N° 335

Voici des photocopies que j’ai acquises, fort cher, aux Archives Nationales pour récupérer une partie de mon patrimoine médiéval français de ma région naturelle.

Vous en noterez la qualité… notant au passage que les centaines d’heures, au CARAN, sur les lecteurs de ces micro-films d’exécrable qualité m’ont esquinté les yeux… J’en porte depuis des lunettes…

Mon projet de récupération, de sauvegarde et de distribution de ce patrimoine, que j’avais baptisé “Faits divers au Moyen Age – Petites histoire de l’Histoire” m’avait coûté, à l’époque, environ 60 000 F de dettes presque sans aucun autre revenu, que mes conférences pour partager ce patrimoine avec la population et les municipalités rurales de ma région.

Quelqu’un aurait pu, à l’époque, il y a vingt ans déjà, faire les photographies numériques des originaux puisque j’avais, moi-même, en même temps, investi dans le premier appareil photographique numérique à 3 000 000 de pixels. On aurait pu apprécier la différence de qualité et le progrès en cours… Mais mémé…

Ainsi le dit “service public” ou un simple particulier précautionneux aurait pu, depuis longtemps, en faire la reproduction et la distribution à tous puisque ce patrimoine est entré dans le domaine public français, voire mondial, depuis des siècles. Mais que fait la CGT ?

Bon courage ? Je crois qu’il s’agit surtout d’une prise d’otages, sans doute par des personnes qui ont choisi comme langue barbare, non civilisée par Rome mais seulement par des quelques Normands anciens barbares vikings, l’anglais… Mais peut-on vraiment choisir ? Il le faudrait…

Un remake un peu long et ennuyeux de la bataille de Fréteval ?

Rappelons qu’à l’époque des faits, la cour anglaise parlait français ou essayait… Pour ces barbares, le naturel semble être revenu au galop…

Charles etc. (par la grâce de Dieu, roy de France) Savoir faisons atouz presens et avenir que comme pierre et Jehan troin freres de meun sur loire…”

Muides-sur-Loire (41 ; Loir-et-Cher) un trou ? Hein ?

Un fort en gueule laid anglais terroriste en 1364 ?

Meung-sur-Loire (45 ; Loiret) terrorisé ?

Gibier de potence et autres…

Continuer la lecture

Publié dans Histoire locale | Commentaires fermés sur En gueux laid engueulé anglais (2)