Le dieu romain Saturne et les églises Saint-Saturnin

Cet article est la réponse aux vignettes-devinettes v1, v2, v4, visibles en fin d’article, téléchargeables et partageables (impression, main à la main, courrier, courriel, etc.) pour faire mousser nos cultures.

D’après la mythologie gréco-romaine, le dieu romain Saturne  (Cronos grec) fut détrôné par Jupiter et fut réduit à l’état de simple mortel. La mythologie raconte qu’il instaura un âge d’or d’égalité à Rome, avec l’aide du dieu Janus, le dieu à deux visages, dieu des seuils, des portes et des commencements, des frontières…

Saturne (photo de la NASA, USA)

Saturne (photo de la NASA, USA)

Sous l’empire romain existait une fête commémorative annuelle de cet âge d’or : les Saturnales. Pendant cette fête, il était interdit d’entreprendre une guerre ou d’exécuter un criminel. Tout le monde se déguisait et les rôles des maîtres et des esclaves étaient inversés.

Le culte de Saturne a donné son nom au jour de samedi. C’était le dieu des vignerons et des paysans.

Les vignes de Saturne

Les vignes de Saturne

Y aurait-il un rapport entre l’ancien culte à Saturne et la fondation des églises Saint-Saturnin à la fin de l’Antiquité ou au début du Moyen Age ?

Les églises Saint-Saturnin sont-elles les vestiges d’un ancien culte romain à Saturne ?

Furent-elles une christianisation d’un culte païen ?

La réponse a été découverte en construisant l’historique de la commune de Limeray à travers les noms de lieux.

De Saturne à Saint-Saturnin…

Dieu des vignerons et des paysans, Saturne était lié à la culture de la vigne. Sur la répartition des toponymes Saint-Saturnin en France, nous constatons qu’ils sont nombreux dans le sud de la France, sur les contreforts des Alpes, du Massif-Central et des Pyrénées.

Ces toponymes semblent d’ailleurs marquer une frontière liée à la culture de la vigne que l’on perçoit encore aujourd’hui sur une cartographie de la viticulture française.

Les noms de lieux Saint-Saturnin en France

Les noms de lieux Saint-Saturnin en France

Ceci est également clairement visible dans le sud de l’Indre-et-Loire.

En Région Centre nous trouvons les toponymes Saint-Saturnin suivants :
– Saint-Saturnin sur la commune de Neuilly-le-Brignon (37), non loin de la frontière entre les Turons et les Bituriges.
– Saint-Saturnin sur la commune d’Yzeures-sur-Creuse (37), à l’extrême sud du pays turon sur sa frontière.
– Saint-Saturnin sur la commune de Cléré-du-Bois (36), en Berry, sur la frontière entre les Turons et les Bituriges.
– Le Ruisseau de Saint-Saturnin sur la commune de Châtillon-sur-Indre (36), non loin du précédent.
– Saint-Saturnin (18), non loin de la frontière sud du Berry.
– La Croix de Saint-Saturnin, à Neuvy (41) sur la limite entre l’ancien diocèse de Chartres et l’ancien diocèse d’Orléans, circonscriptions héritées de l’Empire romain.

Ces notions de vignoble et de frontière sont associées avec quatre des six églises Saint-Saturnin du diocèse de Tours. En effet, Limeray (37), Souvigny-en-Touraine (37), Chissay-en-Touraine (41), et Pouillé (41) sont situées en Touraine sur la frontière avec l’ancien diocèse de Chartres, sur la frontière entre le pays turon et le pays carnute (qui regroupait les anciens diocèses de Chartres et d’Orléans), et sont des terroirs viticoles très anciens.

Les églises Saint-Saturnin aux environs de la Touraine

Les églises Saint-Saturnin aux environs de la Touraine

 

Eglises-St-Saturnin

Carte des églises Saint-Saturnin en Région Centre

Cette disposition est une curiosité remarquable et ne peut être due au hasard.

De plus, l’ancienne église de Saint-Saturnin des Landes, sur la commune actuelle de Cléré-du-Bois (Indre) se trouve sur la frontière entre les Bituriges et les Turons, côté Bituriges.

Saint Saturnin désigne plusieurs saints des Églises chrétiennes, martyrs au IIe, IIIe, IVe et Ve siècles, le plus célèbre étant saint Saturnin de Toulouse, ou saint Sernin, premier évêque de la ville, martyr en 250.

Nous pensons qu’un ancien lieu de culte gallo-romain à Saturne a été remplacé à Limeray, Souvigny-en-Touraine, Chissay-en-Touraine, Pouillé, Cléré-du-Bois, par un culte à Saint-Saturnin. Il s’agit d’une christianisation, phénomène politique classique de la fin de l’Antiquité ou du début du Moyen Age.

Cette christianisation d’un ancien culte païen lié à la frontière, par le dieu Janus, et à la viticulture par le dieu Saturne, semble un fait incontestable de la fin de l’Antiquité romaine sur la frontière Est de la Touraine, et, sans doute ailleurs…

Pour aller encore plus loin avec les Saint-Saturnin :

Frontières antiques : approche du culte de Saint-Saturnin.

Vos commentaires et informations supplémentaires sont bienvenus : Contact !

Pour aller plus loin : l’historique de la commune de Limeray à travers les noms de lieux.

Vignette-devinette v1

Vignette-devinette v2

Vignette-devinette v2

Vignette-devinette v3

Vignette-devinette v3

Vignette-devinette v4

Vignette-devinette v4

Après cette consultation

Je peux fournir une facture pour cette consultation « sans rendez-vous !». A vous de décider de son montant ici.

N’hésitez pas, osez l’Histoire !

Ce contenu a été publié dans Histoire locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le dieu romain Saturne et les églises Saint-Saturnin

  1. Ping : Un nom de lieu de la Guerre des Gaules : Limeray

  2. Ping : Destruction d'Orléans et création de la ville de Tours

Les commentaires sont fermés.