Frontières antiques : approche du culte de saint Michel

Traces militaires antiques : Saint-Michel

Saint-Michel archange, fêté le 29 septembre, protecteur du peuple de Dieu, dont le nom d’origine biblique, Mikael, signifie “qui est comme Dieu”, a eu un culte assez bien représenté en Région Centre et en France. Son culte est souvent lié à celui de Notre Dame et à la protection des frontières, des voies, des femmes et des enfants.

La répartition géographique du culte de saint Michel, avec notamment les chapelles et les églises placées sous ce vocable, nous montre qu’il fut lié aux antiques frontières héritées de l’Empire romain, les anciens diocèses, frontières héritées elles-mêmes des anciennes nations gauloises. Ainsi le culte de Saint-Michel est lié à l’ancienne organisation de l’Empire romain, puis des royautés mérovingiennes et carolingiennes.

Ces traces d’autorité militaire semblent généralement situées un peu en retrait, dans des lieux stratégiques : coudes de frontière, grandes routes, centre de secteurs sensibles… souvent près de bois et d’une petite clairière enserrée.

La notion d’angle (ange…), et la notion de coude (aile), sont souvent présents dans de nombreux toponymes liés ou sont visibles dans la géomorphologie des lieux, ou dans le choix routier ou frontalier : Saint-Michel-de-Volangis, Saint-Ange, Coudray, Bois-Aubry…

Cette découverte est vraiment visible en frontière de la Touraine, sur la frontière de l’ancien diocèse de Chartres et sur la Marche, mais aussi sur les anciennes voies romaines principales de la région (Les cartes ne sont pas forcément exhaustives).

En frontière de la Touraine :

L’église Saint-Michel de Villeloin à Villeloin-Coulangé (Indre-et-Loire, 37), qui semble, auprès de Montrésor, avoir fait autorité militaire sur la partie de la Touraine, ex croissante à l’est, en contact avec l’ancien diocèse de Chartres et avec l’ancien diocèse de Bourges, sur une route allant de Tours à Bourges, et non loin au nord de la grande voie romaine.

L’ancienne église Saint-Michel de Chédigny (Indre-et-Loire, 37), sur la même route.

L’ancienne église paroissiale de Saint-Michel-des-Landes, alias Saint-Michel-de-Lagné (près de Sainte-Jullite, la niée, et près de la Guerrière), partie nord de l’actuelle commune de Charnizay (Indre-et-Loire, 37), sur la frontière redéfinie par les légions de Jules César après la bataille d’Alésia (voir Limeray sur ce blog).

– Le lieu-dit Saint-Michel sur la commune de Preuilly-sur-Claise (Indre-et-Loire, 37), près de la Châtrie, non loin de Villejésus, en frontière sud de l’ancien diocèse de Tours, au nord de Tournon-Saint-Martin.

L’église de Saint-Michel-en-Brenne (Indre, 36), en Berry, dans l’ancien diocèse de Bourges, en retrait de la frontière avec la Touraine, derrière Martizay, sur une des routes allant de Poitiers à Bourges.

Eglise Saint-Michel  de Saint-Michel-en-Brenne (Indre, 28)

Eglise Saint-Michel de Saint-Michel-en-Brenne (Indre, 28)

L’abbaye Saint-Michel du Bois-Aubry sur la commune de Luzé (Indre-et-Loire, 37) sur la frontière avec le diocèse de Poitiers.

L’église Saint-Michel de Fontevraud-l’Abbaye (Maine-et-Loire, 49), auprès de laquelle il faut noter la présence des Moulins Saint-Michel à Candes-Saint-Martin (Indre-et-Loire, 37 ; voir la carte des toponymes ci-dessous), sur la frontière entre les diocèses d’Angers, de Poitiers et de Tours.

L’église de Saint-Michel-sur-Loire (Indre-et-Loire, 37) sur le coude de la frontière quand celle-ci quitte la Loire pour prendre la direction du nord, non loin de Langeais.

L’église Saint-Michel de Souvigné (Indre-et-Loire, 37) sur le coude de la frontière quand celle-ci bifurque vers l’est, non loin de Château-la-Vallière.

La collégiale de Bueil-en-Touraine (Indre-et-Loire, 37) qui fait figure d’exception puisqu’il s’agit d’une fondation du XIVe siècle, réalisée en faveur et sous la protection de la Vierge Marie, des Saints Innocents et de Saint-Michel, par la famille des seigneurs de Bueil, héros de la Guerre de Cent Ans. La collégiale est accolée à l’ancienne église paroissiale Saint-Pierre (mon étude du monument peut être obtenue auprès des Amis de la Collégiale de Bueil-en-Touraine : visite incroyable et remarquable !!!).

Culte de Saint-Michel et frontières antiques

Culte de Saint-Michel et frontières antiques

Cliquez sur la carte pour pouvoir la consulter dans une autre fenêtre tout en lisant la suite.

Lire la suite... Image légère

***

Carte sans les toponymes pour mieux se rendre compte.

Culte de Saint-Michel et frontières antiques (carte muette)

Culte de Saint-Michel et frontières antiques (carte muette)

Cliquez sur la carte pour pouvoir la consulter dans une autre fenêtre tout en lisant la suite.

***

Carte sans les frontières antiques où l’on voit que l’analyse est impossible.

Le culte de Saint-Michel en Région Centre

Le culte de Saint-Michel en Région Centre

Cliquez sur la carte pour pouvoir la consulter dans une autre fenêtre tout en lisant la suite.

***

Carte des toponymes pour compléter la vision des choses.

Les toponymes Saint-Michel en Région Centre

Les toponymes Saint-Michel en Région Centre

Cliquez sur la carte pour pouvoir la consulter dans une autre fenêtre tout en lisant la suite.

***

Sur la frontière de l’ancien diocèse de Chartres  :

La chapelle Saint-Michel à Trôo (Loir-et-CHer, 41), du côté de l’ancien diocèse du Mans, point fortement fortifié, dans l’angle de la frontière quand celle-ci bifurque vers le nord (Site incroyablement remarquable !!!).

L’église Notre-Dame de Cellé (Loir-et-Cher, 41, non présentement cartographiée et située aux confins de l’ancien diocèse du Mans, entre Trôo, Saint-Michel-de-Chasseigne et la Chapelle-Vicomtesse), portait autrefois les trois vocables de Notre-Dame, de Saint-Michel et de Saint-Lomer. Elle avait été concédée par l’évêque du Mans, Robert, entre 856 et 860, à l’abbé Fraudennus (ou Frodoinus) pour y fonder un prieuré en l’honneur de la Vierge, de Saint-Michel et de Saint-Lomer, pour que les religieux de son abbaye puissent y trouver refuge contre les persécutions normandes (« … in villa Scelei, in pago Cenomanensi, super flumen Breye, cellulam in honorem Gloriosae Dei Genitricis Mariae vel Sancti Michaelis Archangeli, necnon et Sancti Launomari Confessoris… ob refigium videlicet monachorum paganorum evadere cupientium » ref. : Dr. Frédéric Lesueur : Les églises de Loire-et-Cher).

L’église Saint-Michel de l’ancien prieuré-cure de la Chapelle-Vicomtesse (Loir-et-Cher, 41) qu’il faut considérer avec la suivante comme gardant une excroissance de la même frontière entre les deux anciens diocèses, et comme bout de la Silva longua, prolongement de la forêt de Marchenoir et de la forêt de Fréteval. Notons qu’à Marchenoir, ancien bourg fortifié se trouvait une maladrerie Saint-Michel.

L’église de Saint-Michel-de-Chasseigne (Sarthe, 72), entre les deux grandes routes menant de Paris au Mans et d’Orléans au Mans, en face de l’excroissance de la frontière.

La chapelle Saint-Michel de Beaumont-les-Autels (Eure-et-Loir, 28), sur une grande route entre Nogent-le-Rotrou et Brou, entre Alençon et Orléans, où les traces militaires sont très nombreuses et très intéressantes.

Le prieuré Saint-Ange de Saint-Ange-et-Torçay (Eure-et-Loir, 28), non loin du carrefour de communication de Châteauneuf-en-Thymerais.

L’église Saint-Michel de Dreux (Eure-et-Loir, 28), sur l’angle de la frontière de l’ancien diocèse de Chartres quand cette frontière bascule à nouveau vers le nord, sur une grande voie de communication.

L’église Saint-Michel de Rolleboise (Yvelines, 78), sur la rive d’un des méandres de la Seine, en frontière et appartenant à l’ancien diocèse de Chartres.

L’église Saint-Michel de Coudray (Loiret, 45), dans l’ancien diocèse de Sens, sur une ancienne voie romaine menant de Melun à Orléans.

L’église de Saint-Michel (Loiret, 45), dans l’ancien diocèse de Sens, sur une ancienne voie romaine, dite Chemin de César, menant de Sens à Orléans.

– Des toponymes de la forêt d’Orléans, faisant frontière de l’ancien diocèse de Chartres avec les diocèses de Sens et de Bourges : Carrefour Saint-Michel, sur la commune de Lorris (Loiret, 45) ; La Croix Saint-Michel à Gien (Loiret, 45).

Sur la Marche :

L’église fortifiée de Lourdoueix-Saint-Michel (Indre, 36), sur la Marche et appartenant à l’ancien diocèse de Limoges (voir étude et photo ci-après).

Sur les grandes voies :

L’église de Saint-Michel-de-Volangis (Cher, 18), auprès de la voie romaine, dite Chemin Jacques Coeur, allant de Sancerre à Bourges (voir étude et photo ci-après).

– L’immense et remarquable église rouge, abbatiale puis collégiale, Saint-Michel de Charost (Cher, 18), sur une grande route allant de Bourges à Poitiers (voir photo et étude ci-après).

L’église Saint-Michel de la Ferté, à la Ferté-Saint-Aubin, sur la grande voie allant d’Orléans à Bourges.

– Le toponyme de La Pierre Saint-Michel à Guillonville (Eure-et-Loir, 28), et celui du Chemin de Saint-Michel à Loigny-la-Bataille (Eure-et-Loir, 28), auprès de routes allant de Chartres à Orléans, en limite de ces deux anciens diocèses, et au sud d’une ancienne voie romaine allant de Paris à Tours.

– La chapelle Saint-Michel de Maslives (Loir-et-Cher, 41), le toponyme des Ponts Saint-Michel à Saint-Gervais-la-Forêt (Loir-et-Cher, 41), au sud de Blois, et celui du Pont Saint-Michel à Chambord (Loir-et-Cher, 41), non loin de l’ancienne voie romaine allant d’Orléans à Tours par la rive sud de la Loire.

– L’ancienne église Saint-Michel de Bonneval (Eure-et-Loir, 28), sur la grande voie romaine allant de Paris à Tours, via Chartres.

– La chapelle Saint-Michel de Cloyes-sur-le-Loir (Eure-et-Loir, 28), dans l’ancienne paroisse Saint-Georges, située non loin de la même route Paris-Tours.

Entre Beauce et Perche :

Entre le grenier à blé de la Beauce et la zone d’élevage du Perche, se situe le prieuré-cure Saint-Michel de Brou (Eure-et-Loir, 28), le prieuré-cure Saint-Michel de Gohory (Eure-et-Loir, 28), sur et près de la route allant de Châteaudun à Brou, d’Alençon à Orléans.

En pleine Champagne berrichonne :

– Le lieu-dit Saint-Michel à Vineuil (Indre, 36), entre non loin de la grande route reliant Déols et Levroux, Blois à Châteauroux.

Dans les villes :

Il est remarquable qu’à Tours, la chapelle Saint-Michel fut construite au pied sud des areines… Orléans possédait pour sa défense une église Saint-Michel, tout comme Chartres.

***

Les toponymes Saint-Michel en France

Il est possible de se servir de cette approche pour comprendre votre propre Saint-Michel…

Les toponymes Saint-Michel en France

Les toponymes Saint-Michel en France

On y perçoit un très fort paramétrage militaire notamment pour se protéger de la Méditerranée, à l’entrée de la vallée du Rhône et de la vallée de la Garonne.

La Bretagne paraît particulièrement guerrière dans ce culte pour la protection de ses côtes.

Un vide est notable en Bourgogne, en Auvergne, etc.

Conclusion parmi d’autres :

Il semble que le culte de Saint-Michel ait été quelque peu usurpé par une autorité militaire ou féodale. Il semble étroitement lié à d’anciens lieux de droit de vie et de mort.

Il semble que l’autorité ait à l’époque antique un rayon d’action d’environ 12 km, distance visible à Trôo comme à Villeloin-Coulangé. Cette distance peut être vérifiée dans d’autres lieux.

Son culte a-t-il été développé par intimidation, usurpation, crainte de Dieu ou d’une autorité s’appropriant une rente de pouvoir ? Son culte a-t-il été développé pour annuler ces autorités militaires de routes ou de frontières, les tempérer ou pour les renforcer ? Les trois à la fois ? L’enquête est en cours…

***

Pour aller plus loin :

– Vous pouvez me demander mon ancienne étude de l’église de Saint-Michel de Charost (contenant actuellement une cinquantaine de pages, étude qui peut être agréablement rénovée grâce à une animation locale) : Contact !

L'église Saint-Michel en grès rouge de Charost (Cher, 18)

L’église Saint-Michel en grès rouge de Charost (Cher, 18)

***

– Vous pouvez me demander mon ancienne étude de l’église de Lourdoueix-Saint-Michel (contenant actuellement une cinquantaine de pages, étude qui peut être agréablement rénovée grâce à une animation locale) : Contact !

L'église fortifiée Saint-Michel de Lourdoueix-Saint-Michel (Indre, 36)

L’église fortifiée Saint-Michel de Lourdoueix-Saint-Michel (Indre, 36)

***

– Vous pouvez me demander mon ancienne étude de l’église de Saint-Michel-de-Volangis (contenant actuellement une cinquantaine de pages, étude qui peut être agréablement rénovée grâce à une animation locale) : Contact !

La petite église romane très remaniée de Saint-Michel-de-Volangis (Cher, 18)

La petite église romane très remaniée de Saint-Michel-de-Volangis (Cher, 18)

***

– Vous pouvez demander une autre étude et obtenir une animation pouvant être bénéficiaire pour vous : Contact !

Et pour me remercier ou participer, voire gagner de l’argent par une animation locale instructive et divertissante : Participation aux bénéfices !

***

Personnalisez ces connaissances

à votre commune !

CouvertureFrontièresAntiquesCommune

32%/€net

Toponymie à la demande

Toponymie à la demande : prix à vérifier auprès de l’historien en fontion de la conjoncture.

Toponymie à la demande : prix à vérifier auprès de l’historien en fontion de la conjoncture.

***

Césure de fin pour doc

Ce contenu a été publié dans Histoire locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.