Le culte de Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte

_    o  +  o    _

Les Saint-Cyr en France

Toponymes Saint-Cyr

Carte Nicolas Huron

Pour la liste et les liens des noms de lieux Saint-Cyr, c’est ici.

L’hagiographie de saint Cyr inscrite dans le paysage

L’hagiographie, c’est-à-dire l’histoire « légendaire » des saints chrétiens, science annexe de l’Histoire, associe la mort en martyr du jeune enfant saint Cyr, 5 ans, à un tribunal romain, à un escalier ou à un mur.

Cyr, jeune enfant, qui avait été fait prisonnier avec sa mère sainte Julitte sous la persécution de l’empereur Dioclétien (284-305), et qui avait échappé plusieurs fois à ses bourreaux, aurait proclamé haut et fort sa foi chrétienne en courant au sein du tribunal de la ville de Tarse en Asie Mineure (en Cilicie dans l’actuelle Turquie).

Le juge, irrité par les cris du petit Cyr, prit alors l’enfant par les pieds et lui fracassa la tête sur un mur ou sur l’escalier, dans le tribunal même.

Lire la suite... Image légère - Copie

L’Eglise catholique et romaine fit de Cyr et de sa mère, un martyr de la cause anti-esclavagiste chrétienne et un symbole des victimes de la justice inique de l’Empire romain païen.

Nous trouvons la préservation de la trace de ce martyr chrétien à travers tous les Saint-Cyr de la planète, sachant que Tarse, Tarsus, est près de la limite haute du delta fluvial du Seyhan…

Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte ?

Seul le nom de l’enfant, et sa vénération en tant que victime de l’injustice esclavagiste génocidaire de l’Empire romain, a été conservé dans les toponymes de France.

Sainte-Julitte n’apparaît qu’une fois en France, dans un lieu-dit et sa chapelle Sainte-Julitte, de la commune d’Ambon dans le Morbihan, non loin de Surzur, tout près du Golfe du Morbihan.

clip_image017

Emplacement des deux toponymes Sainte-Julitte en France
Carte Nicolas Huron

Les dédicaces d’églises

Une église porte un nom issu de la christianisation de l’Empire romain et de sa fin. Ce nom est aussi un toponyme. Ces toponymes sont mal connus. Ils ont pourtant fait l’objet d’un choix minutieux au moment de la christianisation matérialisée par ces édifices cultuels catholiques romains, soit pour marquer un ou des évènements, souvent liés à des caractéristiques géologiques, géographiques, agricoles, etc., bref, naturelles.

En ce qui concerne les églises Saint-Cyr-et-Sainte-Juilitte en Région Centre, et aux environs, j’en ai fait un inventaire partiel, sachant qu’un grand nombre d’édifices religieux ont été détruits (chapelles) ou rebaptisés depuis l’antiquité romaine ou depuis le Haut-Moyen Age.

Patronage Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte

Patronage Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte

Les églises placées sous le patronage de Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte
aux environs de chez moi.
Carte Nicolas Huron

Quelques remarques étonnantes peuvent être faites sur cette répartition cartographique et géographique de ces lieux de cultes : coteau ou falaise de calcaire blanc, nidification d’aigrettes blanches, mégalithes, lieux de fortifications militaires, etc.

Le culte de Saint-Cyr est aussi visible à travers les noms de lieu : Saint-Cirq, Saint-Cirgues, Saint-Cergues, etc. Il faut aussi aller voir les Saint-Cyran, Saint-Cierge, etc.

Césure de fin pour doc

Ce contenu a été publié dans Histoire locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.