Louis XIV, roi de France à Blois : “J’ai trop aimé la guerre…”

Cette citation de Louis XIV, roi de France, “J’ai trop aimé la guerre…”, est à mettre dans la perspective linguistique de grande sémantique du Grand Siècle.

Le siège de l’évêché créé en 1697 par Louis XIV dans ma bonne ville de Blois,
simple et modeste gros bourg agricole… Curiosité historique ? Si, si, Rrrrr…

Le palais épiscopal de Blois construit entre 1698 et 1704

Photos 2020 – Nicolas Huron*

L’adverbe de négation “guère” était très utilisé à cette époque ainsi que l’usage des jeux de mots :

J’ai trop aimé la guère…”

Mets mes tresses…

Le latin et la civilisation romaine était encore bien compris, surtout du roi :

j’ai trop aimé l’ager”.

ager, agri (nom masculin latin) : champ, fonds de terre ; les champs, la campagne ; territoire, contrée, pays… L’ager, dont la Beauce est un parfait exemple gallo-romain, se distinguant du saltus, zone sauvage non encore civilisée et soumise à Rome.

Pensons aussi à :

Gerra, Gerorum (nom propre) : ville d’Arabie et de la Basse-Egypte.

gerrae, gerrarum : nattes tressées, claies ; bagatelles, balivernes, sottises.

– etc.

Etonnant !

Mais, il faut un peu de culture pour comprendre
Versailles, Saint-Cyr-l’Ecole, Blois, etc.

La même réflexion peut être portée sur cette autre citation de Louis XIV : “L’Etat, c’est moi !” parole royale adressée aux parlementaires parisiens.

Essayons en phonétique :

  • “les tas, c’est mou à…” (sans doute à propos de la guerre, de la guère, de l’ager…),
  • let ace, c’est mou à…” (pour les barbares ambassadeurs engueulés),
  • “les tasser et moi” (peut-être en parlant des sièges des parlementaires),
  • “les tasses, c’est moi” (de la vaisselle de ses maîtresses…),
  • “lait tassé et moi” (des fromages qui puent… pour la raie du même nom),
  • “Lée tassé, et moi”, (connaissant Fontainebleau, Saint-Germain-en-Laye, Rambouillet, etc., c’est un peu effrayant… astronomiquement parlant),
  • etc., mais, il faut un peu de culture pour comprendre.

Roue a sol… Héiiiiiiii !
Quel cavalier !

Un évêché à Blois ? Curieuse idée… de Louis XIV
Surenchère de titres ? Surabondance administrative ? Pourquoi ?
Lui, connaissait les bourgeois… les habits noirs… et leur voracité et vorace cité.

Evêché de Blois 1

Le palais épiscopal de Blois construit entre 1698 et 1704
et sa cathédrale Saint-Louis,
ancienne église paroissiale Saint-Solenne reconstruite entre 1681 et 1698
et où la femme de Colbert, Marie Charron de Nozieux,
originaire de Blois, fut baptisée.

Photos 2020 – Nicolas Huron

Qui n’a pas honoré, n’honore pas ou n’honorera pas l’épouse de Colbert ?

Une statue de Jehanne la pucelle, dit d’Arc,
monte son cheval en face en présentant son épée sacrée.

Allez voir !

Question : A qui profite et à qui a profité le crime ?

Il suffit d’aller voir.

Piège ?

J’ai trop aimé la guerre…”

Catholique signifie universel et forcément un peu perdurable, non ?

L’étiquette de Louis XIV sous surveillance et moqué 24 heures sur 24,
votre Smartphone, vos caméras, votre probité, vos labeurs, votre honnêteté,
les miroirs des vitrines des grandes galeries (des glaces) commerciales,
vos archives et ceux de l’Etat, Louis XIV et lui seul, encore et toujours,
vous apprendront le respect dû, et vous sauveront sans doute…

Oui, je pense personnellement, en tant qu’historien, que l’Etat, c’est encore lui,
et même l’Académie des Sciences, entre autres fantaisies…

Comme dirait un cénotaphe de l’époque
PRIEZ POUR LUI
et surtout pour ceux qui le volent et l’injurient encore et en corps et…

Répétition !

PRIEZ pour l’huis, la vôtre et la mienne…

Lui luit Lui !

Ce contenu a été publié dans Histoire locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.